L’art de la séduction – Séduire ou ne pas séduire ?

L'art de la séduction - Séduire ou ne pas séduire

Rencontrer quelqu’un et généralement essayer d’avoir un effet particulier sur cette personne crée de l’anxiété pour la plupart des gens, ceux qui commencent tout juste à sortir avec quelqu’un et même ceux “expérimentés” dans le domaine des rencontres. Quelque chose déclenche les hormones dans votre corps dans l’overdrive soudaine mais c’est ce que vous faites après ce déclencheur qui compte. Certaines personnes, même après avoir établi le contact initial avec le sexe opposé, ont tendance à ne pas savoir quoi faire ensuite. Mais il y en a d’autres qui ne perdent pas de temps dans l’art de la séduction une fois le contact établi.

La séduction représente différentes choses dans différentes cultures et différents groupes de peuples. Alors que la séduction pour certaines personnes inspire des images d’amour et d’intimité émotionnelle, et génère un sentiment d’excitation, de sensualité et de désir sexuel, la plupart des gens n’aiment pas l’idée de “séduire”. Pour beaucoup d’autres, l’idée de la séduction crée la peur d’être trompé, victimisé et harcelé sexuellement. Elle implique généralement que le séducteur agit pour un motif autre que l’amour pour le séduit, et que l’objet de la séduction ne se serait pas normalement engagé dans un tel comportement.

Les tentatives des dernières décennies pour rendre notre société plus positive sur le plan sexuel n’ont produit qu’un discours vicieusement superficiel qui a réussi à intensifier notre peur de l’art de la séduction comme quelque chose qui, s’il peut être librement exprimé, est blessant, destructeur et dommageable pour nous en tant qu’individus et pour la société en général.

Dans notre société moderne, la séduction correspond à la tromperie, la ruse, l’égoïsme, l’exploitation, la prétention et/ou le jeu de mots. On est séduit par les promesses d’un amant, d’un vendeur, d’un politicien ou d’un artiste. La séduction semble clairement conçue pour tromper les gens et les amener à prendre des inepties dans la réalité. Nous voyons ce genre de séduction célébrée comme un divertissement et annoncée comme une marchandise avec des images pornographiques, narratives et symboliques. On le voit dans les médias, les films, les vidéoclips, les lieux de travail, l’école, et même dans les séminaires métaphysiques, on nous enseigne qu’il est pratiquement impossible d’y échapper dans la vie de tous les jours. De nombreuses célébrités et stars doivent leur renommée à leur maîtrise de la séduction.





Cette interprétation désenchantée de la séduction comme un désir qui veut se réaliser, le corps comme quelque chose qui ne peut attendre d’être déshabillé a infiltré même nos relations sexuelles. Dans la plupart des cas, la séduction n’a rien à voir avec l’amour ou même avec le fait d’être attiré par l’autre personne. Il s’agit plutôt d’obtenir quelque chose, comme du sexe ou des faveurs financières, en recourant à la tromperie et à la ruse. Beaucoup d’entre nous souffrent de son influence désastreuse et il serait facile de mettre en évidence de nombreux domaines où nos tentatives de séduction sont plus manipulatrices et égoïstes qu’aimantes et désintéressées.

La plupart des gens apprennent le pouvoir de la séduction exploitante dès leur plus jeune âge en utilisant la séduction pour obtenir ce qu’ils veulent de leurs parents et de leurs frères et sœurs, des faveurs spéciales de l’enseignant et des autres enfants. Cela commence lorsqu’un enfant qui est souvent timide, peu sûr de lui et qui ne se sent pas en confiance prend conscience qu’en séduisant les autres, il peut attirer l’attention de ceux qu’il ou elle séduit. Cette attention donne en quelque sorte à l’enfant un sentiment d’estime de soi. Par la séduction, l’enfant a l’impression que l’autre personne l’aime parce qu’elle lui accorde plus d’attention, donne et fait des choses qui lui donnent un sentiment spécial. Mais c’est un faux sentiment d’estime de soi. S’ils ne sont pas capables de séduire quelqu’un, ils se sentent indignes et intensifient ainsi la séduction.

En grandissant, ils continuent ce schéma et allument automatiquement cette séduction lorsqu’ils veulent quelque chose de quelqu’un. Ils se sentent bien quand ils sont capables de séduire, mais au cœur de leur être, l’estime de soi dépend de leur capacité à séduire l’autre ou non. La séduction nourrit le manque d’estime de soi, le manque de confiance en soi, le manque de confiance en soi et le manque d’estime de soi. S’ils ne sont pas capables de séduire, ils se sentent indignes. Certaines personnes ont perfectionné cet art qu’elles ne connaissent même pas consciemment.

Lorsque nous séduisons de cette façon, ce n’est qu’un faux sentiment de pouvoir basé sur un autre nous permettant de les séduire. Lorsque nous sommes séduits par l’exploitation, nous avons essentiellement donné notre pouvoir au séducteur. Elle enlève au naturel, à la “vérité” et à toute la réalité des qualités habilitantes de l’art de la séduction Une personne, dans son propre pouvoir personnel, pleine d’amour et d’estime de soi, n’a pas besoin de se laisser séduire d’une manière manipulatrice, ni de se laisser séduire par la manipulation.

Étant donné que la séduction manipulatrice a imprégné notre monde moderne, les relations frustrantes, superficielles, mécaniques, prévisibles, manipulatrices, égoïstes, égoïstes, émotionnellement déconnectées de la passion et de l’intimité accrue sont-elles inévitables ? Devrions-nous lever les mains et ne jamais espérer posséder le rare puits transformateur de pouvoir, de guérison et d’élévation spirituelle qu’offre l’art de la séduction ?

Certainement pas ! Les anciens pratiquants de l’art de la séduction étaient tellement émerveillés par la puissance de cette énergie qu’ils étaient convaincus que c’était le secret de la jeunesse, de la santé et de la vitalité.

Notre nature humaine n’est pas si altérée que nous ne puissions pas faire notre part. En effet, le travail évolutif avait déjà commencé. Les versions modernes des “anciens rituels et pratiques” donnent au public moderne un aperçu de ce qu’était l’art de la séduction, mais quand on commence à croire que c’est le seul moyen de communiquer avec le sexe opposé, on tombe dans le piège des lignes de reprises mémorisées et des scripts de séduction mécanique qui nous volent la puissance même qui rend l’art de la séduction si naturellement puissant. Nous perdons invariablement le cœur et l’âme du phénomène de la séduction et donc notre connexion à l’un des aspects les plus profonds et les plus profonds de la réalisation humaine.

Il est temps de démystifier et de réhabiliter l’art perdu de la séduction et de mettre à profit son méga pouvoir. Tout le mystère de ce rituel intemporel, oublié et longtemps mal compris, pourrait bien être ce dont nous avons besoin aujourd’hui pour nous sauver de la famine érotique actuelle, pour retrouver notre rythme et le feu dans nos aines.

0.00 avg. rating (0% score) - 0 votes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *